Conseils diététiques sur l’hypertension artérielle pulmonaire

L’hypertension artérielle pulmonaire et votre alimentation

L’hypertension artérielle pulmonaire (HAP) est un état dans lequel les artères qui transportent le sang riche en oxygène dans vos poumons sont construites. Si vous avez des HAP, vous pourriez en faire l’expérience :

  • Vertige
  • Évanouissement
  • Nausée
  • Difficulté à respirer

Vous pouvez prendre le contrôle de votre hypertension artérielle pulmonaire en faisant des choix sains et en restant fidèle à votre nouvelle routine. Ce que vous mangez est particulièrement important. Certains aliments augmentent la tension artérielle, tandis que d’autres peuvent causer un gain de poids.

Réduisez votre consommation de sel et de sodium

L’un des conseils les plus courants que les médecins vous donneront est de réduire votre consommation de sel. Le sel se cache dans de nombreux aliments emballés, marinés et en conserve, alors choisir des ingrédients frais peut aider à limiter la quantité de sodium que vous consommez. Essayez de goûter vos aliments avant d’y ajouter du sel. Beaucoup de gens ajoutent du sel par habitude, et un peu de sel fait beaucoup de chemin.

Bonus : Si vous craignez de perdre de la saveur, essayez d’expérimenter avec des épices comme le cumin et des herbes comme l’ail.

Limiter les liquides

De nombreuses personnes atteintes d’hypertension artérielle pulmonaire sont soumises à une restriction liquidienne de deux litres, mais discutez avec votre médecin de la quantité appropriée pour vous. Faites le suivi de votre poids pour vous aider à évaluer votre consommation de liquides. Si vous prenez du poids au cours d’une journée, il se peut que vous receviez plus de liquides que nécessaire. Évitez de boire trop de liquides pour prévenir l’accumulation de liquide.

Restez à l’écart des stimulants

Éviter la caféine et d’autres stimulants, comme l’alcool, est nécessaire pour réguler votre tension artérielle. Essayez des succédanés du thé et du café comme la chicorée si vous aimez une boisson chaude le matin. Les jus gazéifiés et les cocktails sans alcool peuvent remplacer une boisson à la fin de la journée.

Bonus : Réduire la consommation de stimulants peut aussi vous aider à mieux dormir.

Soulager les nausées

De nombreuses personnes atteintes d’hypertension artérielle pulmonaire signalent que les nouveaux traitements leur donnent des nausées. Pour aider à atténuer cet effet secondaire, essayez de manger de plus petits repas et de réduire la consommation d’aliments riches en gras. Des rôties sèches et des craquelins ordinaires non salés peuvent vous aider à vous sentir mieux lorsque vous avez la nausée. Évitez également les sodas et le gingembre dans votre alimentation.

Conseil en prime : Assurez-vous d’apporter les changements alimentaires graduellement afin de ne pas submerger votre corps.

Augmenter le taux de fer

Une étude menée en 2009 a révélé que l’hypertension artérielle pulmonaire s’aggrave lorsque l’organisme manque de fer. Essayez d’incorporer plus de viande rouge, de haricots et de légumes feuillus foncés dans votre alimentation. Votre corps absorbera mieux le fer si vous incluez des aliments riches en vitamine C comme les tomates, les poivrons et le brocoli.

Bonus : Des jus d’agrumes frais ou quelques tranches de mangue ou de papaye sont aussi de bonnes sources de vitamine C, et un excellent complément à un petit déjeuner santé.

Consommer plus d’ail

Une étude a porté sur les effets de l’ail sur les rats atteints d’hypertension artérielle pulmonaire. L’étude a révélé qu’un composé de l’ail appelé allicine aide à élargir les vaisseaux sanguins et à maintenir la tension artérielle basse. Ajoutez de l’ail cru ou cuit à vos plats pour cet avantage.

Conseil en prime : Assurez-vous de manger de l’ail dans l’heure qui suit son hachage, sinon vous ne bénéficierez pas des bienfaits de l’allicine.

Maintenir un apport constant en vitamine K

Bien que les légumes à feuilles foncés soient une bonne source de fer, ils contiennent aussi une quantité considérable de vitamine K.

Une consommation irrégulière d’une trop grande quantité de cette vitamine peut affecter l’efficacité des médicaments anticoagulants. Ce conflit peut sembler déroutant, mais il est possible de trouver un équilibre et de satisfaire les besoins en fer de votre organisme tout en surveillant votre apport en vitamine K.

Demandez à votre médecin quelle quantité de vitamine K est sans danger pour votre alimentation. Selon les spécialistes, la clé est de maintenir votre apport en vitamine K au jour le jour, qu’il soit supérieur ou inférieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *