Qu’est-ce que l’antigène prostatique spécifique (PSA) ?

PSA signifie antigène spécifique de la prostate. C’est une protéine produite par les cellules de la prostate. Cet antigène aide à maintenir le sperme liquéfié afin que les spermatozoïdes puissent circuler librement. L’antigène se trouve habituellement dans la glande prostatique et le sperme, mais de petites quantités de cet antigène peuvent aussi se déplacer dans la circulation sanguine et peuvent être mesurées par un test sanguin appelé test PSA. Les cellules cancéreuses de la prostate produisent habituellement plus de PSA que les cellules bénignes, ce qui entraîne une élévation du taux sanguin. Cependant, les taux peuvent aussi être élevés chez les hommes dont les glandes prostatiques sont hypertrophiées ou enflammées.

Comment mesure-t-on le taux de PSA ?

Le taux de PSA dans votre corps est mesuré à l’aide d’un simple test sanguin. Comme la quantité de PSA dans le sang est très faible, sa détection nécessite une technologie très sensible (technique des anticorps monoclonaux). Ce test détermine non seulement les niveaux dans le sang, mais aussi si les protéines sont liées ou non à d’autres substances dans le flux sanguin. C’est ce qu’on appelle l’antigène prostatique spécifique.

Qu’est-ce qui est considéré comme un niveau  » normal  » d’APS ?

Un taux normal d’APS est d’environ 4 ng/mL, mais tout ce qui est inférieur à 10 est acceptable. Il est important de noter que les niveaux augmentent avec l’âge, en raison de la taille croissante de la prostate. Un homme âgé de 70 à 79 ans peut généralement enregistrer 6,5 ng/mL d’APS dans le sang, alors qu’un homme âgé de 20 à 29 ans enregistre généralement un taux normal de 4 ng/mL. Une concentration sanguine de 10 ng/mL d’APS dans le sang peut probablement être un signe de cancer de la prostate, mais ce n’est pas toujours le cas.

Découvrez quels sont les signes avant-coureurs d’un cancer de la prostate

Des niveaux anormaux peuvent être le résultat d’une infection de la prostate, ou même d’une condition préexistante. Les affections non cancéreuses généralement associées à un taux élevé d’APS sont l’hyperplasie bénigne de la prostate (HBP) et la prostatite. En plus du nombre lui-même, votre médecin tiendra compte d’un certain nombre d’autres facteurs pour évaluer votre score PSA :

  • Votre âge
  • La taille de votre prostate
  • À quelle vitesse vos taux d’APS évoluent
  • Que vous preniez des médicaments qui affectent la mesure du PSA, comme le finastéride (Propecia, Proscar), le dutastéride (Avodart) et même certains suppléments à base de plantes.

Est-il nécessaire d’avoir un test PSA ?

Les avis sont partagés quant à la nécessité d’avoir un test PSA puisqu’il n’existe pas de preuve de son réel impact sur l’épidémiologie du cancer de la prostate.
L’Association Française d’Urologie recommande, elle, un dépistage annuel systématique du cancer de la prostate entre 50 et 75 ans.
La progression et le développement du cancer de la prostate est assez lent (par rapport à d’autres cancers), un test annuel doit optimiser les chances de dépister la maladie à un stade précoce.
Selon cette association, ce dépistage devrait se faire par un dosage du PSA associé à un toucher rectal.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *