Qu’est-ce que la dysphagie ? Quels sont ses causes et ses risques ?

La dysphagie, est assez courante chez les adultes vieillissants. Elle peut entraîner la malnutrition, la déshydratation, la pneumonie par aspiration et même la mort. Le taux de mortalité en France en rapport avec une suffocation par trouble de la déglutition est de 5,99 cas pour 100 000 chez les hommes, et 6,1 cas pour 100 000 chez les femmes d’après les données de l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED). Les changements liés à l’âge dans la physiologie de la déglutition, ainsi que les maladies liées à l’âge, sont des facteurs qui peuvent mener au développement de la dysphagie chez les personnes âgées.

Qu’est-ce que la dysphagie ? Quels sont ses symptômes ?

La dysphagie c’est la difficulté à avaler. Les personnes ayant des problèmes anatomiques ou physiologiques dans la bouche, le pharynx, le larynx et l’œsophage peuvent présenter des signes et des symptômes de dysphagie. En outre, la dysphagie contribue à de nombreux changements négatifs de l’état de santé, y compris un risque accru de malnutrition et de pneumonie.

Lorsque vous avalez, la nourriture ou le liquide passe de la bouche à l’arrière de la gorge, à travers l’œsophage et dans l’estomac. Les personnes atteintes de dysphagie ont de la difficulté à n’importe quelle étape de ce processus normal de déglutition.

Le degré de dysphagie peut aller de l’incapacité d’avaler, à la toux ou à l’étouffement parce que la nourriture ou le liquide pénètre dans la trachée. Si vous ne pouvez pas avaler votre salive, la nourriture peut rester coincée dans votre gorge.

Les signes et symptômes associés à la dysphagie peuvent inclure :

  • Douleur pendant la déglutition
  • Etre incapable d’avaler
  • Régurgitation
  • Sensation de nourriture coincée dans la gorge, la poitrine ou derrière le sternum.
  • Salivation
  • Enrouement
  • Brûlures d’estomac
  • Avoir de l’acide gastrique dans la gorge
  • Toux lors de la déglutition

La dysphagie est associée à des déficits nutritionnels, surtout après un accident vasculaire cérébral, et à un risque accru de pneumonie. De nombreux patients retrouvent leur capacité d’avaler spontanément au cours du premier mois suivant un AVC.  Cependant, certains patients ont de la difficulté à avaler au-delà de six mois. Les difficultés à avaler après un AVC peuvent contribuer à la malnutrition en raison d’un apport alimentaire et liquide limité. Cela peut mener le patient à une faiblesse physique ou à un niveau de conscience altéré.

La pneumonie post-AVC est une autre infection courante qui touche jusqu’à un tiers des patients victimes d’un AVC aigu. C’est aussi la principale cause de mortalité après un AVC. On croit que la plupart des pneumonies liées à l’AVC résultent d’une dysphagie et de l’aspiration d’aliments ou de liquides. La pneumonie par aspiration est une infection pulmonaire qui se développe après que vous avez aspiré, ou inhalé, de la nourriture ou un liquide, ou lorsque vous vomissez dans vos poumons.

Causes de dysphagie et facteurs de risque

La prévalence de la dysphagie dans différents contextes n’est pas claire. Mais des estimations prudentes suggèrent que cette condition affecte pour la population âgée entre 8 et 15% des sujets vivants à domicile et de 30 à 40% chez les sujets vivants en institution. La dysphagie touche jusqu’à 68 % des résidents de maisons de soins infirmiers pour personnes âgées, jusqu’à 30 % des personnes âgées admises à l’hôpital, jusqu’à 64 % des patients après un AVC et de 13 à 38 % des personnes âgées qui vivent de façon autonome.

La physiologie de la déglutition change avec l’âge. La diminution de la masse musculaire et de l’élasticité du tissu conjonctif entraîne une perte de force et d’amplitude de mouvement. Ces changements liés à l’âge peuvent avoir un impact négatif sur la fluidité de l’écoulement des matériaux avalés dans les voies aérodigestives supérieures. Au-delà des changements moteurs subtils, le déclin de l’humidité buccale, du goût et de l’odorat peut contribuer à réduire la capacité de déglutition chez les personnes âgées.

Alors que l’augmentation de l’âge entraîne des changements physiologiques subtils dans la capacité d’avaler, les maladies liées à l’âge sont des facteurs majeurs dans la présence et la gravité de la dysphagie. Les troubles neurologiques causent généralement une dysphagie. La cause la plus fréquente est l’AVC et la démence. Parmi les autres conditions qui peuvent causer des difficultés de déglutition, mentionnons :

  • Maladie de Parkinson
  • Traumatisme crânien
  • Infirmité motrice cérébrale
  • SLA (Sclérose latérale amyotrophique)
  • Sclérose en plaques
  • Paralysie supranucléaire progressive
  • Maladie de Huntington
  • Myasthénie grave

La dysphagie est un symptôme courant dans la démence. On estime que jusqu’à 45% des patients hospitalisés pour démence ont un certain degré de difficulté à avaler. Le plus souvent, les patients atteints de démence présentent un ralentissement du processus de déglutition, ce qui peut augmenter le temps nécessaire pour terminer un repas.

D’autres causes de dysphagie comprennent un œsophage rétréci, une tumeur de l’œsophage, un blocage de la gorge ou de l’œsophage, le RGO et la sécheresse de la bouche. Les allergies alimentaires, les tissus cicatriciels, les spasmes dans l’œsophage, les diverticules pharyngées (petite poche qui se forme dans la gorge), le cancer et la radiothérapie sont également des causes importantes de dysphagie.

Pour en savoir plus, cliquez ici afin de découvrir les 6 traitements naturels pour la dysphagie.

Un commentaire Ajoutez les votres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *