Qu’est-ce que la chirurgie réparatrice ?

Dans le monde d’aujourd’hui, les apparences comptent beaucoup. Cependant, les événements de la vie, comme les accidents et maladies, peuvent lourdement affecter votre apparence et engendrer ainsi des complexes qui peuvent être lourds à porter au quotidien. Dans ces cas de figure, la chirurgie réparatrice pourrait vous aider. Mais de quoi s’agit-il ?

La chirurgie réparatrice pour votre bien-être

La chirurgie réparatrice est une forme de chirurgie plastique dont le but des interventions est de réparer les dégâts causés sur le corps par les maladies, complications, malformations congénitales ou accidents. Ces traumatismes impactent non seulement l’apparence des victimes, mais aussi leur psychologie. Cela les empêche de s’épanouir en société.

Par conséquent, la chirurgie réparatrice peut soulager les patients et patientes qui vivent dans l’ombre de leurs complexes. Comme l’explique le docteur Jérémy Dijan, son but premier n’est donc pas d’embellir le corps comme le fait la chirurgie esthétique, mais plutôt de lui rendre son intégrité et de corriger un préjudice psychologique.

Quelles sont les différentes interventions de la chirurgie réparatrice ?

chirurgie réparatrice

Toutes les interventions de chirurgie plastique ne sont pas concernées par la chirurgie réparatrice ou reconstructive. Celle-ci peut prendre en compte les opérations suivantes :

  • La plastie abdominale ;
  • La rhinoplastie ;
  • La réduction mammaire ;
  • L’otoplastie ;
  • Les opérations sur les fentes labiales ;
  • La reconstruction mammaire ;
  • Les opérations de la mâchoire.

Les interventions de la chirurgie réparatrice sont-elles prises en charge par la sécurité sociale ?

Les interventions couvertes par la chirurgie réparatrice ne sont prises en charge par la sécurité sociale que sous certaines conditions. Par exemple, les interventions sur les fentes labiales ne sont remboursées par elle que si ces dernières entraînent réellement une gêne sociale. C’est également le cas de l’otoplastie.

La rhinoplastie ne sera alors remboursée qu’en cas de gêne respiratoire ou de déviation nasale. D’un autre côté, en présence d’une réelle gêne à la mastication, les opérations de la mâchoire peuvent également être remboursées par la sécurité sociale.

Quant à la plastie abdominale, elle n’est prise en charge qu’en présence d’un tablier abdominal recouvrant tout le pubis. La reconstruction mammaire est, elle, remboursée dans les cas où le préjudice à corriger est causé par une malformation ou un cancer du sein traité par exemple par mastectomie ou tumorectomie. En ce qui concerne la prise en charge de la réduction mammaire, elle n’est effective que lorsque plus de 300 g de glandes mammaires sont retirés par sein.

Notez cependant qu’outre ces conditions, on peut assister à des écarts de remboursement. La prise en charge peut être partielle ou totale en fonction de la clinique où les interventions ont lieu.

Comment bénéficier d’une chirurgie réparatrice ?

Si vous souhaitez recourir à une chirurgie réparatrice, vous devez d’abord choisir un bon chirurgien. Celui-ci doit être qualifié en chirurgie reconstructrice et être inscrit au tableau de l’Ordre des médecins de sa ville. L’idéal est de choisir un professionnel expérimenté et à l’écoute des attentes de ses patients. Un tel profil maîtrise les différentes techniques utilisées et réalise les opérations dans les meilleures conditions.

Lorsque l’intervention que vous souhaitez faire est prise en charge par la sécurité sociale, pour bénéficier d’un remboursement, vous devez dans un premier temps demander un devis à votre chirurgien. Ensuite, vous devrez faire la demande d’entente préalable et l’adresser au médecin de conseil afin d’obtenir son aval. Cela vous permet de vous assurer que l’intervention sera remboursée par la sécurité sociale. Si ce médecin donne son accord, vous pouvez prendre rendez-vous avec votre chirurgien pour subir une opération chirurgicale.

En définitive, la chirurgie réparatrice vise le bien-être des patients. Pour qu’elle soit remboursée, il faut que les interventions soient véritablement nécessaires pour leur santé physique ou mentale. Quelques démarches sont toutefois nécessaires pour bénéficier de cette prise en charge.