Douleur au tibia : causes, symptômes et traitements

La douleur au tibia est une douleur à l’avant de la jambe, entre le genou et la cheville. Elle peut se manifester directement sur le tibia ou sur les muscles situés à l’intérieur ou à l’extérieur du tibia.

Comment se produit-elle ?

La douleur au tibia est généralement due à une sollicitation excessive. Ce problème peut être dû à une irritation des muscles ou d’autres tissus de la partie inférieure de la jambe ou à une fracture de stress. Cette blessure est plus fréquente chez les coureurs qui augmentent leur kilométrage ou l’intensité de leur course, ou qui modifient la surface sur laquelle ils courent.

Lorsque vous marchez ou courez, votre pied s’aplatit normalement un peu lorsqu’il heurte le sol. Si votre pied s’aplatit plus que la normale, on parle de sur-pronation. La sur-pronation peut contribuer à la douleur au tibia.

Certaines conditions spécifiques provoquent des douleurs au tibia :

  • Fracture de stress : Il s’agit d’une fissure capillaire dans l’un des os de la partie inférieure de la jambe, le tibia ou le péroné.
  • Syndrome de stress du tibia médian : C’est lorsque les muscles qui s’attachent à la face interne du tibia sont enflammés.
  • Syndrome du compartiment : le compartiment antérieur est une zone de la jambe qui contient les muscles qui dirigent le pied et les orteils vers le corps. Votre compartiment latéral contient les muscles qui éloignent votre pied et votre cheville de votre corps. Votre compartiment postérieur contient les muscles du mollet qui pointent votre pied vers le bas. Lorsqu’un compartiment est trop sollicité, les muscles deviennent douloureux.

Quels sont les symptômes de la douleur au tibia ?

Vous avez une douleur sur la partie antérieure de la jambe. Vous pouvez avoir des douleurs pendant l’exercice, au repos, ou les deux. Les fractures de stress du tibia provoquent des douleurs directement au niveau du tibia. Il vous sera douloureux de toucher la partie de l’os qui est fracturée. Les fractures de stress du péroné provoquent une douleur sur le côté extérieur de la partie inférieure de votre jambe. Dans le cas du syndrome de stress tibial médian, vous éprouverez une douleur et une sensibilité le long du bord du tibia, en particulier le long des muscles. Dans le cas du syndrome des loges, les muscles de cette zone seront douloureux. Les vaisseaux sanguins et les nerfs se trouvent également dans le compartiment antérieur. Si les muscles de ce compartiment deviennent gonflés pendant l’exercice, ils peuvent irriter ces nerfs ou ces vaisseaux sanguins et votre pied peut devenir faible, engourdi ou froid.

Comment diagnostique t-on la maladie ?

Votre médecin examinera la partie inférieure de votre jambe. Il décidera quelle partie de votre tibia est à l’origine de la douleur. Votre médecin peut vous observer en train de marcher ou de courir pour voir si vous avez des problèmes de sur-pronation. Vous aurez peut-être besoin d’une radiographie, d’un IRM ou d’une scintigraphie osseuse pour vérifier si vous avez des fractures de stress. Si votre prestataire pense que vous souffrez du syndrome des loges, vous aurez peut-être besoin d’un test qui mesure la pression dans les compartiments inférieurs de vos jambes. Ce test est effectué à l’aide d’une aiguille fixée à un appareil de mesure. Le test est effectué au repos, puis à nouveau après l’exercice.

Comment est traitée la douleur au tibia ?

Voici quelques méthodes de traitement des douleurs au tibia :

  • Mettre une poche de glace ou un paquet de légumes surgelés, enveloppés dans un tissu, sur la zone toutes les 3 à 4 heures, pendant 20 minutes maximum.
  • Vous pouvez également faire un massage avec de la glace. Pour ce faire, faites d’abord congeler de l’eau dans une tasse en polystyrène, puis retirez le haut de la tasse pour exposer la glace. Tenez le fond de la tasse et frottez la glace sur la zone pendant 5 à 10 minutes. Faites cela plusieurs fois par jour pendant que vous avez mal.
  • Levez vos jambes sur un oreiller lorsque vous êtes assis ou couché.
  • Prenez un médicament anti-inflammatoire tel que l’ibuprofène, ou un autre médicament selon les instructions de votre fournisseur. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent provoquer des saignements d’estomac et d’autres problèmes. Ces risques augmentent avec l’âge. Lisez l’étiquette et prenez-les selon les instructions. Sauf si votre médecin vous le recommande, ne prenez pas ce médicament pendant plus de 10 jours.
  • Votre prestataire de soins de santé peut vous recommander des supports pour les voûtes plantaires, appelés orthèses. Vous pouvez acheter des orthèses dans une pharmacie ou un magasin de chaussures de sport ou elles peuvent être fabriquées sur mesure. Les orthèses aident à corriger la sur-pronation.
  • Suivez les instructions de votre prestataire de soins pour faire des exercices qui vous aideront à récupérer.

Une intervention chirurgicale est parfois nécessaire pour le syndrome des loges ou certains types de fractures de stress.

Pendant que vous vous remettez de votre blessure, vous devrez changer de sport ou d’activité pour en pratiquer un qui n’aggrave pas votre état. Par exemple, vous devrez peut-être faire du vélo ou nager au lieu de courir. Lorsque vous recommencerez à courir, vous devrez porter de bonnes chaussures et courir sur des surfaces souples.

Quand puis-je reprendre mes activités normales ?

Chacun se remet d’une blessure à un rythme différent. Le retour à vos activités dépend de la rapidité avec laquelle votre jambe récupère, et non du nombre de jours ou de semaines qui se sont écoulés depuis votre blessure. En général, plus vous avez de symptômes avant de commencer le traitement, plus il vous faudra de temps pour vous rétablir. L’objectif est de reprendre vos activités normales dès que cela est possible en toute sécurité. Si vous revenez trop tôt, vous risquez d’aggraver votre blessure.

Vous pouvez reprendre vos activités en toute sécurité lorsque, en commençant par le haut de la liste et en progressant jusqu’à la fin, chacun des points suivants est vrai :

  • Vous avez une amplitude de mouvement complète dans la jambe blessée par rapport à la jambe non blessée.
  • Vous avez toute la force de la jambe blessée par rapport à la jambe non blessée.
  • Vous pouvez marcher droit devant vous sans douleur ni boiter.

Comment puis-je prévenir les douleurs au tibia ?

  • Étant donné que les douleurs au tibia sont généralement dues à une sollicitation excessive, veillez à commencer vos activités progressivement.
  • Portez des chaussures avec un rembourrage et un soutien adéquats.
  • Courez sur des surfaces plus souples.
  • Échauffez-vous correctement et étirez les muscles de l’avant de votre jambe et du mollet.
  • Ne continuez pas à courir si vous avez mal au tibia, sinon la douleur mettra plus longtemps à disparaître.
  • Essayez l’entraînement croisé pour limiter la tension sur vos tibias. Faites un exercice qui ne sollicite pas les tissus lésés, comme la natation. Cela vous permettra de continuer à faire de l’exercice pendant que votre blessure guérit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *